La SCELF, Société Civile des Editeurs de Langue Française.

Société Civile des Editeurs de Langue Française

CONNEXION       FAQ


Titre :

Une preuve d'amour

Auteur:

GOBY Valentine

Editeur:

Thierry Magnier

Lieu:

France

Durée :

Quelques jours

Fantine des "Misérables" a abandonné sa fille aux Thénardier. Était-elle une mauvaise mère ? Telle est la question soulevée en classe un matin. En quoi cette histoire ancienne résonne-t-elle dans la vie de Sonia et Abdou ?

Ce jour-là dans la classe, le débat s’amorce autour du personnage de Fantine des "Misérables" : est-elle une mauvaise mère pour avoir abandonné sa fille Cosette, ou au contraire une mère exemplaire qui se sacrifie pour la sauver ? La discussion est animée, les avis divergent, quand tout à coup Abdou se lève et quitte la classe. Il ne revient pas au collège durant quelques jours. Quand Sonia le croise en ville et l’interroge sur son absence, elle découvre que Abdou a été confié à la DDASS par sa mère. Alors qu’une histoire d’amour s’ébauche entre les deux adolescents, Abdou est déterminé à chercher sa mère. Et si elle l’avait abandonné par amour ? La situation d'Abdou est compliquée et présentée sans fard mais sans non plus en rajouter des tonnes, sans jamais chercher à nous tirer des larmes. Sonia a elle aussi une vie difficile mais elle ne se plaint pas. Son père est un homme qui a dû l'élever seul : « Mon père m'a baignée. Nourrie. Coiffée. Acheté des robes. Consolée. Soigné la varicelle avec un bout de coton trempé dans un liquide bleu, bouton par bouton, pendant huit jours. Il m'a raconté des histoires le soir pendant des années. […] Il a été, il est, mon père et ma mère depuis tellement longtemps, et ça m'étonnerait pas que dans son ventre il sente la même douleur que Jean Valjean, si je devais partir. Quand je partirai. » Il est aussi question dans ce texte d'amitié, d'entraide et d'amour. La fin est positive, il y a une note d'espoir, mais rien n'est réglé pour autant.

Raison du coup de cœur :

Une histoire contemporaine, qui fait écho à un classique de la littérature. Des personnages vivants et crédibles, sans clichés réducteurs, chacun porteur d’une histoire singulière. Le contexte de l’immigration illégale et ce qu’elle engendre en termes de misère et de détresse est mené avec tact, sans sombrer dans le pathos inutile. Abdou incarne l’enfant partagé entre deux civilisations, deux pays, deux familles, celle perdue et celle découverte.